Les contes de l’Oie Saoule (Le Seigneur des Anneaux, gen, fr)

Les contes de l’Oie Saoule (Le Seigneur des Anneaux, gen, fr)


LES CONTES DE L’OIE SAOULE

Auteur : Chiara Cadrich
Fandom : Univers de Tolkien
Connaissance du fandom : a priori, pas vraiment.
Genre : Fantasy/horreur.
Rating : T.
État : en cours.
Personnages : divers.

Les Contes de l’Oie Saoule, 18 chapitres, 47 000 mots, en cours.
Disponible sur fanfiction.net (18 chapitres) et sur fanfictions.fr (17 chapitres).

Résumé : À l’enseigne de l’Oie Saoule se croisent malandrins et bourgeois, nains et hobbits, nobles et manants. Les chants de la Comté y côtoient les nouvelles du sud. Des contes à frémir d’horreur, glanés le long du chemin vert, s’y chuchotent autour d’une bière ambrée. Entrez Gentes Dames et Mes Seigneurs ! Giguedouille, franche repue et belle flambée vous attendent !

Avis, par OldGirlNoraArlani :
Il ne s’agit pas d’une fic mais d’un recueil de one-shots dont les histoires sont reliées par une « unité de lieu » : l’Auberge. D’un abord élitiste, le texte est d’une lecture assez exigeante et qui pourrait même sembler fatigante parfois pour ceux qui n’auront pas le niveau. Des définitions et du vocabulaire sont en pied de chapitre pour nous « traduire » (c’est dire).
Bien que je ne sois pas du tout familière des œuvres de Tolkien, j’ai réagi positivement à la maturité de la plume, au challenge de me retrouver finalement avec des histoires dont le vocabulaire m’échappait (un truc qui ne m’arrive pas en Français, d’habitude), et à la beauté de certaines descriptions. J’ai aussi aimé l’idée du conte horrifique non dénué d’ironie.

Au positif : il est possible de lire sans connaître à fond l’univers de Tolkien (même si on loupe manifestement des références peut-être savoureuses).
Inconvénients : ceux qui comme moi ne connaissent que le travail de Peter Jackson (les films) ne retrouveront rien. Pas un Legolas, pas un Gandalf, pas un Aragorn… On est ailleurs et on est très loin.

La narration est assez fidèlement typique du conte il me semble, et du genre d’histoire que content les contes, qui ne font jamais les choses pour plaire au goût de la romance des petites filles. J’ai pourtant trouvé ça souvent plaisant.
Ce n’est clairement pas du travail de débutant, mais plutôt celui d’une vieille baderne chevronnée, passionnée par son Tolkien, stimulée par l’hommage à faire au maître, sans forcément copier…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s