The Last War (EXO, gén, fr)

The Last War (EXO, gén, fr)


THE LAST WAR

Auteur : Evil Keshi
Fandom : EXO
Connaissance du fandom : si vous voulez, mais en tout cas moi je ne le connais pas (enfin, je connais l’autre, donc je ne suis pas perdue non plus).
Genre : space opera option « pirates de l’espace » sur une variante « bishounen androgynes » et probablement « papouilles ».
Rating : R. Mais pas pour l’instant, donc je sous-classe de façon arbitraire.
État : en cours.
Personnages : tous les gens du groupe, a priori. J’aurais tendance à dire qu’on s’en fiche un peu.

The Last War, 6 chapitres, 30 000 mots, en cours.
Disponible sur fanfic-fr.

Résumé : Après la conquête de l’espace par les Hommes, le gouvernement corrompu de la Terre révéla son vrai visage et se mit à annihiler les autres nations de la Galaxie. Un seul homme choisit de le combattre, pour défendre l’Honneur et la Justice : le corsaire de l’espace, le Capitaine Wu.

Avis :
Comme vous l’avez peut-être remarqué dans ma fiche précédente, je commence à faire n’importe quoi avec le champ « connaissance du fandom » et avec les tags, auquel cas je répondrai que je tague Albator ce que je veux. De toute façon, l’auteur elle-même le dit, « le contexte de l’histoire est inspiré par l’oeuvre de Leiji Matsumoto, Space Pirate Captain Harlock (Albator chez nous) », et même si elle ajoute ensuite « mais la ressemblance s’arrête là, je pense », de mon côté je rétorque « pas du tout ». Après tout, ceci est une histoire de pirate de l’espace mystérieux, dangereux mais charismatique, commandant un gros vaisseau de la mort qui tue, ce qui rentre tout à fait dans ma classification « c’est de l’Albator ». Le fait que le captain s’appelle ici Wu Yifan n’a aucune espèce d’importance (qui a lu « Santiago » de Mike Resnick, à propos ?).
Bref, de l’Albator, avec pour particularité que la douzaine de personnages qui évoluent pour l’instant dans les chapitres sont les membres du groupe de musique EXO. Ce qui, pour une fanfic EXO, est un peu normal en définitive.
Tout ceci devrait donc permettre aux fangirls de kyatter en suivant les palpitantes aventures de leurs idoles dans un milieu un peu plus exotique que « le monde contemporain », aux amateurs de SF d’apprécier la complexité de l’univers mis en place et la variété des personnages (même s’ils ont tous des noms à coucher dehors remplis de « y » et de « w »), et aux connaisseurs d’Albator de déterminer avec quelles variantes les archétypes ont été réutilisés.

Du côté du scénario, nous avons là du space opéra dans la plus pure tradition du space opéra, avec son gouvernement méchant, ses rebelles gentils, son extraterrestre mystérieux, son jeune héros qui apprend la vie, son capitaine au passé torturé et son vaisseau spatial trop génial (et mystérieux également). Sans trop m’avancer sur la suite, je dirais qu’il devrait y avoir un dragon également, et même si une telle bestiole puissante (et mystérieuse) peut apparaître comme un cliché / une ficelle de débutant, cela reste également un ressort classique dans les textes du même genre. Et puis je peux me tromper également. Après tout, ce n’est pas parce que le vaisseau se nomme « dragon » en elfique que… bon d’accord, pas de suppositions hasardeuses.
… et peut-être devrais-je aussi évoquer le fait que cette fic possède un pairing annoncé, mais d’une part il ne s’est encore rien passé en 30 000 mots, et d’autre part ça n’a pour l’instant aucune incidence sur le scénario qui se dessine (et en plus ça ne m’intéresse pas). Mais soyons pro, le texte se présente donc comme du Taoris pour ceux à qui cela évoque quelque chose, ou pour être plus explicite : un rapprochement affectif entre le jeune héros et le capitaine trô dark (si mon enquête est exacte). Ce qui est très classique également et ne dépare pas avec le reste, soit dit en passant.

Côté documentation, on sent quelques faiblesses dans le domaine « connaissance des us et coutumes militaires », mais je dis ça parce que je suis maniaque (surtout que c’est parfaitement calqué sur ce qu’on peut voir dans les films, donc j’avoue que je pinaille gratuitement). Côté forme, je la qualifierais de « correcte ». Exempte de fautes à l’exception de quelques coquilles, elle souffre peut-être d’un style un peu lourd – en ce sens que comme je lis très vite, j’ai un peu de mal avec les longs paragraphes descriptifs sans aucun dialogue (et que j’ai trouvé les longs paragraphes descriptifs un peu monocordes, aussi). Tout ceci mérite peut-être un peu de dynamisme, mais c’est subjectif. Quoi qu’il en soit, ça se lit quand même bien, ça reste fluide, les dialogues sonnent réalistes et sont bien amenés, et les états d’âme des différents personnages bien décrits. Avec usage du style indirect libre pour l’immersion, ce qui amène au final une certaine empathie avec les héros. Ou alors c’est parce que je suis de parti pris, je ne sais pas…

Conclusion :
C’est établi, je suis incurable.
Pirates de l’espaaaace !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s