Hide and seek (Last Exile, gén, angl)

Hide and seek (Last Exile, gén, angl)


HIDE AND SEEK

Auteur : Csilla Aria
Fandom : Last Exile
Connaissance du fandom : et sinon, vous connaissez Albator ?
Genre : « pirate », « trop meugnon », « canapé ».
Rating : K.
État : terminé.
Personnages : Alex Row, Alvis.

Hide and seek, one-shot, 960 mots, terminé.
Disponible sur fanfiction.net et AO3.

Résumé : While playing a game of hide and seek, Alvis chooses a most unexpected hiding spot.

Avis :
Vous aimez le steampunk ? Les vaisseaux pleins d’engrenages et de gros canons ? L’histoire de l’aéronavale ? Les pirates pas tout à fait de l’espace mais presque ? C’est très bien, mais il n’y a rien de tout cela dans le texte que je vous présente ici. Enfin si, évidemment, le contexte est présent en filigrane, et c’est d’ailleurs le contraste entre le background militaire du fandom et le thème abordé qui fait toute la mignonitude de la fic.
Qu’on ne s’y trompe pas, hein, la gamine fait bien partie du fandom et sa présence sert en particulier à contrebalancer le côté taciturne du pirate vêtu de noir au passé torturé (qui a dit « Albator » ?). La fic reste donc bien dans le ton de la série, quelle qu’elle soit, parce qu’il faut être clair, le capitaine Alex Row est effectivement un ersatz du capitaine Albator, et la petite Alvis peut très bien être une Lydia.

Bref, à présent que j’ai bien embrouillé mon lecteur en mélangeant deux fandoms sans prévenir et en citant des personnages qui ne sont pas forcément très connus (je ne suis pas sûre que tout le monde visualise qui est Lydia au débotté), je vais tenter de revenir à des généralités plus accessibles. Pourquoi lire, donc.
Eh bien tout simplement parce que c’est mignon. La mise en parallèle de la petite fille insouciante qui joue à cache-cache et du grand échalas asocial qui commande un vaisseau pirate, spatial ou non, permet de montrer un côté plus humain du héros trô dark. La petite tranche de vie instantanée fonctionne parfaitement. Parce que voir poindre les sentiments sous la carapace d’insensibilité, ça n’a pas de prix.

Conclusion :
Albator est partout. Partout, je vous dis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s