Dans un champ de fleurs en papier (Sherlock BBC, slash, fr)

Dans un champ de fleurs en papier (Sherlock BBC, slash, fr)


Titre : Dans un champ de fleurs en papier

Auteur : Light of December

Fandom : Sherlock BBC

Statut : one-shot

Rating : tout public à 13+

Genre : drame, romance

Résumé : « Quand John retrouve un ami d’enfance, Sherlock se retrouve forcé à faire un saut dans le passé et ses vieilles hantises vont vite remonter à la surface… Songfic avec Imaginary d’Evanescence. »

NB : la fiction se situe en rating K puisque la romance n’est vraiment que suggérée, Sherlock et John sont encore des amis.

Avis : nous connaissons tous Sherlock Holmes, détective consultant génial, affublé d’un certain degré de misanthropie et amateur d’expériences étranges. Mais bien peu d’informations nous sont données sur son passé et sur son enfance en particulier… A travers cet One Shot, Light of December nous invite à y pénétrer.

Pour commencer, l’auteure nous accueille dans sa fiction avec une jolie description :

« C’était un jour froid et pluvieux de novembre au 221B Baker Street, le genre de jour où la plupart des gens aspirent seulement à rester chez eux, blottis dans leurs fauteuils avec un bon gros pull-over, jouant à des jeux de société ou prenant des nouvelles de leur famille. »

Ces deux phrases contribuent à mettre le lecteur dans une ambiance à la fois morose et chaleureuse propre aux jours de mauvais temps. Le récit est d’ailleurs jalonné de descriptions de ce type, assez brèves mais qui contribuent à installer une atmosphère spéciale.

Ensuite, le scénario est assez simple mais efficace : Sherlock écoute une conversation téléphonique de John, qui parle tout à coup d’un ami d’enfance. Cette simple évocation fait remonter de mauvais souvenirs, que le détective consultant va devoir affronter. Nous remontons donc la mémoire du héros, revoyant avec lui les nombreuses brimades qu’il a subies de la part de ses petits camarades à cause de sa différence. Cela est tout à fait crédible, puisque les enfants dotés d’une intelligence supérieure à la moyenne sont souvent rejetés par leurs camarades qui ne les comprennent pas ou en sont jaloux. Là où Light of December fait fort, c’est qu’elle ne tombe pas dans le mélodrame. Au contraire, elle retranscrit parfaitement ce que peut ressentir une victime et quelles sont les séquelles qui résultent de ces années de mauvais traitements. Le fait d’aborder cela invite le lecteur à réfléchir sur les questions de la différence et du harcèlement.

Enfin, le côté poignant du récit est renforcé par la chanson que Light of December a choisie pour l’illustrer : “Imaginary” du groupe Evanescence. Que nous l’aimions ou que nous ne l’aimions pas, la musique et les paroles contribuent à créer une atmosphère oppressante qui entre en corrélation complète avec l’histoire et donne encore plus de force aux mots de l’auteure. De plus, il faut souligner que Light of December ne tombe pas dans un écueil récurrent dans les song fics : les paroles de la chanson ne prennent pas le pas sur le reste. En conséquent, le tout est bien équilibré, pour le plus grand plaisir du lecteur.

Le scénario est donc bien construit et bien équilibré, agrémenté d’un bon choix de chanson. Les personnages sont-ils à la hauteur ?

En premier lieu, abordons Sherlock. Light of December parvient à retranscrire les contrastes et les paradoxes du personnage : d’un côté, nous avons le génie qui réfléchit de manière mécanique, presque inhumaine et de l’autre, nous avons l’être humain souvent étouffé par cette intelligence immense. Le détective que l’auteure dépeint est toujours crédible, que ce soit en victime de la méchanceté des autres enfants ou comme individu prisonnier de ses addictions. Light of December relie les deux, esquissant un enchaînement effrayant qui amène Sherlock à faire de mauvais choix : pour éviter le monde réel et les souffrances qui lui sont inhérentes quand on est différent, il se réfugie dans le rêve, même artificiel. Cependant, il est dommage qu’elle n’ait pas dépeint sa personnalité obsessionnelle et excessive  qui contribue en partie à la consommation de substances addictives.

En second lieu, parlons de Mycroft. Le faire intervenir était un choix judicieux, car il influence grandement la vie de son petit-frère. Il est juste en grand frère qui cherche à aider Sherlock mais qui ne sait pas s’y prendre. Ainsi, Light of December évoque la relation à la fois affectueuse et conflictuelle qui unit les deux frères dans la série de la BBC.

Pour finir, évoquons John. Il reste l’homme compréhensif et attentionné qui initie son sociopathe de meilleur amie aux joies des sentiments et du monde réel. Si certaines répliques du bloggeur sont un peu mièvres et mériteraient d’être retravaillées, l’auteure dépeint avec une certaine justesse l’amitié atypique et fusionelle qui unit le médecin et le détective, tout en laissant deviner un début de romance.

Malgré quelques bémols, les personnages sont fidèles à ceux de la série. La forme sert-elle le fond ?

Nous avons la joie de découvrir que le style est fluide et agrémenté d’un vocabulaire varié. La langue est maîtrisée, pour le plus grand bonheur des maniaques de l’orthographe. Les seuls regrets que nous pourrions avoir à propos du style sont des phrases parfois un peu trop longues et quelques formulations maladroites. Ces défauts sont facilement rectifiables après une relecture.

La mise en page, quant à elle, est plutôt aérée. Les sauts de ligne fréquents mettent chaque phrase en valeur. Ce procédé est intéressant, bien qu’il puisse ne pas plaire à certains lecteurs. Le seul point qui pèche est la traduction des paroles : Light of December aurait mieux fait de laisser simplement le texte anglais, car les traductions dénaturent toujours un peu l’original…

En bref, une fic qui, malgré quelques bémols, offre un très bon moment de lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s