Our golden age (Captain América, slash, ang)

Our golden age (Captain América, slash, ang)


Pairing/persos : Steve Rogers/Bucky Barnes, Peggy Carter, les Howling Commandos, OC.

Titre : our golden age.

Auteur : augustbird.
Fandom : Captain America.
Statut : en cours (16 chapitres sur 24 prévus).
Rating : PG au début, mais devrait être Nc-17, d’après l’auteur.
Langue : anglais.
Genres : Angst, Romance, Action.

Résumé : UA où Bucky est le prince héritier et où Steve devient quand même un héros.

Pourquoi cette fic mérite le coup d’oeil ?

Voici un récit assez original, dans une époque contemporaine, où les USA sont une monarchie. Bucky est devenu le prince héritier suite à un concours de circonstance : un accident a décimé la famille royale, et la reine n’a eu d’autre choix que de retrouver un bâtard dans un orphelinat. Mais Bucky a toujours gardé une complicité étroite avec Steve, en le faisant adopter lui aussi.

La fic est construite, pour la première moitié des chapitres, de façon déstructurée, comme des tranches de vies qui oscillent entre l’enfance et l’âge adulte. Ce puzzle dévoile peu à peu le portrait des deux compagnons : le Prince héritier, entre protocole officiel, imagerie médiatique et son amitié sincère avec Steve ; et Steve, dans l’ombre, se construit sa vie tout en gardant son amitié avec Bucky comme un trésor. Chacun d’eux, à son rythme, tombe amoureux de l’autre et doit bien sûr le dissimuler, persuadé que l’autre ne peut éprouver la même chose. Et le statut de Bucky complique tout.

La deuxième partie va reprendre le fil du film, transposé à notre époque : Bucky part au front (ici, en Irak) et Steve va subir l’expérience qui le transformera. L’action se précipite et les sentiments se dévoilent dans des conditions catastrophiques…

La construction de l’univers prend son temps mais est solide : les personnages son variés et  bien construits, comme la responsable des relations publiques de Bucky ou la mère adoptive de Steve. Les tourments des deux personnages sont décrits avec détails mais sans pathos. L’univers est également particulièrement réaliste : les frasques de jeunesse de Bucky (à la manière des people), la vie étudiante de Steve ou le parcours militaire de Bucky.

Un récit très solide et prenant.

Bonus : un fanart magnifique est à trouver ici.

Fiche issue de : Rec Rec Rec.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s