Play it again (Teen wolf ; Gen / Slash ; Ang)

Play it again (Teen wolf ; Gen / Slash ; Ang)


Fiction centrée sur : Stiles Stilinski

Play it again

Auteur : Metisket
Genre(s) : voyage dans un univers parallèle, angst, amitié, loyauté, Magical!Stiles, famille Hale en vie.
Particularité : Pré-slash Sterek (vraiment pré-slash, il ne se passe absolument rien mais la possibilité est évoquée que dans un futur proche… Il y a plus de scènes slash – officiel, pas celui rêvé par les fangirls – dans la série qu’il n’y en a dans cette fic-là) mais suffisamment présent malgré tout pour mériter une double classification Gen / Slash.
Rating : PG-13
État : complet (3 chapitres, env. 63.000 mots)
Connaissance du fandom : Conseillée à Indispensable
Spoliers : jusqu’à la saison 2 incluse

Résumé : In which Stiles goes along with one of Derek’s plans and ends up in an alternate universe as a result. He should’ve known better. He did know better, actually, and that means he has no one to blame but himself.

Laura wants to lure the kid in with food and kindness and make a pet of him, like a feral cat. Derek wants to have him arrested for stalking. They’re at an impasse. (And the rest of the family is staying emphatically out of it in a way that suggests bets have been placed.)

Avis : Vous savez comme parfois vous cherchez à lire une fic ? Vous ne savez pas forcément bien laquelle mais plus vous la cherchez et plus vous en lisez et plus vous arrivez à la conclusion que non, décidément cette fois encore ce n’est pas celle-là ?

Eh ben cette fic, c’est enfin celle-là. Enfin, enfin la fic type « univers parallèle » ascendant « quasi voyage dans le temps » qui contient absolument tout ce que je souhaitais (et que même quand on se dit : là ce serait bien qu’il y ait une scène comme ça eh ben cette scène finit par arriver ! Parfois pas avant des dizaines et des dizaines de pages mais elle arrive !).

Stiles est absolument génial dans son genre Magical!Stiles, parfait mélange de « je suis puissant » et « je sais ce qui va se passer parce que je l’ai déjà vécu dans mon monde » et de « mais mes pouvoirs ne servent en fait pas à grand chose » et « je sais pas plus que vous ce qu’il se passe parce que c’est un univers radicalement différent / on est tous mort avant de connaître le mot de la fin » qui fait qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde à la lecture, même quand les événements se reproduisent (ou se prévoient) lorsqu’on connaît le canon, avec en prime cette petite touche de folie que j’adore absolument trouver dans les personnages qui, comme Stiles ici, ont été tellement bousillés par la vie que devenir fou était la seule manière de ne pas totalement sombrer dans la folie…

Avec, toujours un bonus pour moi, le bel, le magnifique angst ! Et tout plein d’amitié Stiles / Scott ! Toutes les scènes entre Stiles et le Shérif sont elles aussi parfaites (toutes ces émotions !). Et quelques réflexions très justes sur certains personnages (notamment la façon dont Stiles parle – brièvement – d’Allison.)

L’humour m’a également surprise ; non pas parce que c’est une fic drôle ou parodique mais justement parce qu’elle ne l’est pas, parce que l’humour est inhérent au personnage de Stiles et donc à la narration et en cela reste très proche de l’esprit de la série.

Une fiche de rec totalement incohérente, désolée, c’est l’état dans lequel je suis après avoir lu cette fic d’une traite (pourquoi elle ne fait que 60.000 mots, pourquoi ?).

Extrait (qui vous spolie aussi la fin de la saison 2) :

“Are you making Boyd help?”

“Maybe. But even if I don’t, we should still have lunch with him.”

“Why?”

“General principles. We like him.”

“We do?”

“We could. He’s cool. Level-headed in a crisis.”

“…High pain tolerance?”

“That too.”

“Uh huh. How do we feel about Matt? Because you watch him all the time, so I figure we have some feelings.”

“We hate Matt.”

“Seriously?”

“Seriously. Matt…okay, Matt shot you one time, and that was the least of the creepy things he did that day.”

“Holy shit.”

“We’re going to watch Matt very closely, Scott. And if he starts doing anything, you know, serial-killer-like, we’re taking him down.”

“We didn’t…uh. We didn’t kill him or anything, did we?”

“Nope.”

“Oh. Good.”

“Gerard did.”

“Oh. Do we like Gerard?”

“Gerard once dragged me into his family’s basement and beat the crap out of me.” It feels weird saying that out loud. Stiles never told his own Scott about the Gerard beating. Obviously he didn’t—he never told anybody, because his body is not a billboard for crazy old men to write messages on. It’s nice that he can get away with telling this Scott, though. That it’s safe to tell him, that he doesn’t get the significance. “Also he stabbed you.”

“So,” Scott says, wide-eyed, blessedly free of understanding. “Not big fans, then.”

“Not so much, no. Eventually you poisoned him, though. I was proud.” Mostly. Aside from the part with the unnecessary lying.

“I really don’t think I have it in me to poison someone.”

“Scott, my man, I promise that you do. When you need to.”

Scott shudders and goes quiet. It’s dangerous when Scott goes quiet; it means he’s actually thinking things through. He can be scarily perceptive when he stops to think things through. The world is lucky it happens so rarely. “Hey Stiles?”

“Yeah?”

“Um. Don’t get mad, but…my Stiles was a lot more. I don’t know. Possessive? Not—not in a bad way, just. He wasn’t big on other people, uh, taking up my time.”

Scott feels under-loved because Stiles is not behaving like a jealous loon. Jesus. “And I know exactly how your Stiles felt.” He does, too, that’s the sad truth. “The thing is, though, when you and your Stiles set up the terms of your friendship? It was on the understanding that you were both equally likely to die. Yeah? You were equally likely to hit that deer. That made it fair, see. Same with me and my Scott. He was as likely to get cut in half by hunters as I was to get ripped apart by werewolves.”

“Okay. So?”

“So you and me? This isn’t a fair situation. I am a thousand times more likely to die than you.”

“Stiles—”

“No, shut up, I prefer it this way. But it’s not fair on you; you’re the one who probably gets left behind here. So you need other people. You need people who aren’t going to, oh, run unarmed toward rabid werewolves. I don’t actually want you to hang around with Isaac, but I need you to, so that when I get myself killed in some stupid way—” or when he ditches everyone for his old universe, not that he’s admitting to that “—you won’t be left alone.”

Scott frowns at him. “I’m not cool with you doing all this crazy stuff on your own. I mean, it actually killed you before.”

“I’m not even your Stiles,” Stiles reminds him.

There’s a spike of misery and, oddly, guilt from Scott in response to that, but he bulls on past it. “So? You’re the only Stiles I’ve got.”

*** ***

À ma connaissance, il n’existe pas de traduction française de ce texte.
(Si vous aimez cette fic, plutôt que de le dire ici, dites-le à l’auteur !)

Publicités

2 réflexions sur “Play it again (Teen wolf ; Gen / Slash ; Ang)

  1. +1 (ou +1000 même XD)
    J’ai adoré !
    Et en même temps, c’est vrai que la fin arrive trop vite et qu’on aimerait en savoir beaucoup plus.
    Merci pour la rec’ ^^.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s