Don’t Ask (Captain America, slash, ang)

Don’t Ask (Captain America, slash, ang)


Persos/Couples : Steve Rogers/Bucky Barnes, les Howling Commandos.

Titre : Don’t Ask.

Auteur : AnnaFugazzi.
Fandoms : Captain America (films).
Statut : Terminée (5 chapitres).
Rating : PG-13.
Langue : Anglais.
Genres : Romance, Drame.

Résumé : Les Howling Commandos découvrent la véritable nature de la relation entre leur Capitaine et leur sniper. Ca se passe de la mauvaise façon et manque de détruire le commando.

Pourquoi cette fic vaut le coup d’être lue :
L’accent de cette courte fic est mise sur deux points : d’abord sur l’homophobie générale de l’époque et les différentes réactions négatives du commando. On a droit à celle gênée de Gabe et Morita, qui ont cependant une certaine tolérance, étant eux-même victime de racisme ; celle de Falstworth, qui finit assez vite par prendre de la distance ; Denier qui est contre mais qui préfère ignorer le problème et ne pas en entendre parler ; et celle de Dum Dum Dugan, qui lui est sincèrement  révolté et ne peux s’empêcher d’exprimer son ressentiment, en particulier envers Bucky qu’il considère comme responsable de la situation. Car il ne faut pas oublier qu’il s’agit également d’un manquement au règlement de l’armée, et si le commando regrette vite d’avoir porté la chose devant le général Phillips (qui ordonne le black-out sur l’affaire et impose aux coupables d’arrêter leurs affaires), la gêne va peu à peu pourrir les relations entre les membres de l’équipe.

Le deuxième axe de l’histoire, c’est l’intensité de la relation amoureuse de Steve et Bucky. Une relation qui dure depuis dix ans, qu’ils cachent depuis dix ans. Avec le temps, certains membres du commando découvrent à quel point les deux hommes s’aiment, en voyant ce que leur séparation imposée leur coûte, en réalisant ce que les gestes d’affections dissimulaient, et surtout lors de deux confessions (Bucky puis Cap, ivres chacun leur tour de manière différente) qui révèlent toutes les fois où ils ont essayé de se convaincre de se séparer, en vain. Peu à peu, chaque membre du commando se prend de compassion pour un amour aussi fort, et bien que la fin soit évidemment triste, on assiste à une acceptation de cet amour au départ tabou pour la société.
C’est bien écrit, c’est poignant, c’est aussi un message d’espoir et de tolérance.

D’autres textes de l’auteur viennent compléter celui-ci.

Fiche issue de : Rec Rec Rec.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s