Slipping through the years (Iron Man et Captain America, slash, angl + fr)

Slipping through the years (Iron Man et Captain America, slash, angl + fr)


Couple / Personnages Principaux : Steve Rogers (Captain America) / Tony Stark (Iron Man).

Langue Originale : Anglais : Slipping through the years.
Traduction : Française : Slipping through the years.

Auteur : Often_Adamanta.
Traducteur : Star Spangled Girl.
Fandom : Iron Man et Captain America, avec probablement quelques références à Avengers.
Genre : Romance et un poil de Fantastique. Même dans un monde où les mutants sont monnaie courante, je veux dire.
Rating : M.
État : Terminée, OS.
Mots : 21,079.
Connaissance Du Fandom : Pas obligatoire, mais avoir au moins quelques bases serait utile.

Particularité : Se base sur l’univers des films, fic yaoi/slash, présence de lemon et lime.

Résumé : Le froid et la glace avaient peut-être eu raison de lui, mais il hantait toujours ceux qu’il aimait, et la seule personne qui pouvait le voir se trouvait être Tony Stark. Autant dire que sa mort promettait de ne pas être ennuyeuse.

Avis : L’idéal je pense, serait de décrire Slipping Through The Years en commençant parce qu’elle n’est pas. Cette fic n’a rien de neuneu, gnangnan, de guimauve ou quoi que ce soit de ce style. Et pourtant elle raconte une histoire d’amitié et d’amour.

Cette fic, n’est pas dramatiquement angst. Et pourtant elle raconte le désarroi d’un homme qui ne peu ni toucher, ni sentir, ni dormir, ni rêver, condamné pour ce qui semble être l’éternité à regarder ses proches vivres sans lui et mourir en le laissant toujours aussi seul.

Cette fic n’est pas illogique, ni tirée par les cheveux. Et pourtant, on parle d’un homme qui n’existe pour personne, n’est entendu par personne, n’est vu par personne, sauf par un enfant.

Cette fic est drôle, bien ficelée et aussi bien écrite que bien traduite. Et on ne peut que tomber pour Captain America et Iron Man, dont la complicité, bien connue par les fans des comics, est rendue à merveille.

Citation :

« Un jour, Steve sortit avec l’intention de courir. Il n’avait pas de destination particulière à l’esprit. Il voulait seulement ressentir la brûlure familière du muscle trop sollicité et poussé à l’extrême, la douleur de l’effort. Il ne prêta aucune attention aux passants, les traversant à toute vitesse, comme si c’était eux qui n’existaient pas. Il courut pendant des heures entières, jusqu’à ce que le soleil disparaisse derrière les gratte-ciel de New-York. Mais, rien n’avait changé. Il ne transpirait pas, n’était pas à bout de souffle. Ses muscles n’étaient pas douloureux, et il n’était même pas fatigué. Il inspira un grand coup et hurla de toutes ses forces, relâchant sa colère et son désespoir.

Cela ne lui fut d’aucune aide. Il était toujours mort, privé des plaisirs les plus simples, et il hantait toujours les rues de New-York. Il secoua tristement la tête, se sentant honteux, bien que personne ne l’ait vu, et retourna chez Peggy.

Après ça, Steve comprit qu’il ne pouvait pas changer les choses, qu’il ne pouvait pas revenir en arrière et qu’il était coincé ici, jusqu’à ce qu’un plus grand pouvoir ne décide de le délivrer. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s