Aegon VI, the Alternate Story (Game of Throne, gén, Ang)

Aegon VI, the Alternate Story (Game of Throne, gén, Ang)


Fiction centrée sur les personnages : Aegon Targaryen & Arya Stark.

Rating : T.
Genre : Drame/ Fantasy.
Connaissance du fandom : Indispensable.
Progression de l’histoire : En cours – 32 chapitres.
Auteur : Aegon Targaryen.
Lien vers l’histoire : Aegon VI, the Alternate Story.

Résumé :

Citation:
Robert’s Rebellion was thwarted and the Targaryens remain on the Iron Throne. Yet in this alternate world where the game is played, you still must win or you still will die. The story of Aegon Targaryen, Sixth of his Name, son of the Bard King Rhaegar. A tale of a young king who must find the dragon within himself, unless he falls in the fight against those who lust for the throne.

Avis par elane :

Every man must have some faith. In gods, in ploys, in the king or simply in himself.

La rébellion de Robert a échouée à la bataille du Trident. Le Roi Fou est mort par la lame du Régicide qui a été pardonné car Aerys était sur le point d’engloutir dans les flammes Port Royal et Raeghar a pris les rennes du pouvoir.

Blessé dans son duel face à Robert, il s’éteint plusieurs années plus tard, le nom de Lyanna sur les lèvres, en laissant son fils de quinze ans Aegon Targaryen  sur le trône sous la régence de sa femme.

Et là débute notre histoire où Aegon tente de trouver sa place au milieu du Jeu des Maisons et de l’Histoire.

Sur la forme, si l’auteur affirme à raison qu’il n’a pas le génie de Martin, il faut bien avouer que son écrit est un peu plus proche de l’original que ne l’est la traduction française. Plus direct, plus concis avec un vrai don pour les dialogues percutants, l’auteur possède ce souffle épique et cette volonté sous-jacente qui transparaît à chaque rebondissement de raconter une histoire qui fourmille d’intrigues et de coups-bas, de petits moments de bravoure et de ces alliances qui se jouent et se déjouent en quelques mots.

Cette histoire a beau être une alternative à l’original, tous les personnages que l’on retrouvent sont terriblement fidèles aux originaux. Ils ont juste pris un autre chemin. Les Starks sont toujours aussi nobles que froids, les Lannisters fidèles à eux même et un Tyrion en grande forme qui succède à son père en tant que Main du Roi, les Targaryens avec Viserys, toujours aussi détestable et sa sœur telle qu’elle était aux débuts des romans, effacée et effrayée.

Et le héros, Aegon, le jeune Roi est adopté dans cette histoire foisonnante dès les premières lignes, lorsqu’il échappe, encore une fois, à la garde d’un Ser Barristan plus amusé qu’autre chose de son enthousiasme pour espionner en cachette l’arrivée des Nobles Stark qui viennent lui rendre visite à Port-Royal.

Le jeune Aegon, petit, chétif, martyrisé par son Oncle Viserys et manipulé comme un pantin par Tywin Lannister, sa mère et le Conseil Restreint va peu à peu s’affirmer. Vivant dans l’ombre de son père que tous, alliés comme ennemis, respectaient comme un Grand et des atrocités commises par son grand-père Aerys, le Roi Fou, Aegon avance tant bien que mal dans ce monde de complots, d’intrigues et de faux-semblants.

Et comme tout bon Targaryen, la flamme des Dragons fait bouillonner son sang et teinte ses rêves de son aura rougeoyante qui fait danser les Targaryens sur le bord des gouffres de la grandeur et de la folie.

Le point de vue de ce jeune Roi permet de redécouvrir l’univers de Martin sous un œil neuf, donne l’impression d’un nouveau départ et que peut-être les erreurs du passé ne se renouvelleront pas…

L’histoire d’ailleurs révèlent quelques surprises bien agréables comme le destin réservé à Jon Snow ou les leçons d’escrime du Grand Syrio Ferell dont l’auteur reproduit le phrasé avec un plaisir évident. Il s’est tellement approprié le Maître Bretteur que je vous mets au défi de lire les dialogues de Syrio sans entendre son accent chantant résonner à vos oreilles!

Ou le lien qui s’instaure lentement mais sûrement entre la farouche Arya et Aegon.

Je n’en dis pas plus au risque de trop vous en dévoiler. Mais comme dans les livres de Martin, les Maisons se déchirent dans le Jeu du Pouvoir en oubliant presque que l’Hiver arrive.

Une grand histoire, très agréable à lire où l’on enchaîne les chapitres sans même s’en rendre compte.

A découvrir pour tous les fans de Game of Throne qui maîtrisent bien l’anglais.

Publicités

4 réflexions sur “Aegon VI, the Alternate Story (Game of Throne, gén, Ang)

  1. J’ai bien aimé cette fanfiction. L’idée est originale. L’histoire se lit bien. L’intrigue est bien ficelé et on a toujours envie de savoir la suite. Par contre, je trouve que le dévelopement des personnages est pas tellement réussi.

    Prenons par exemple Aegon, il a au tout début un manque de confiance en lui assez important. Il subit moqueries et violence. En l’espace d’un chapitre, il est passé d’enfant maltraité à adulte qui tient la tête à Tywin. Je trouve pas cela très réaliste et meme je trouve que l’histoire perd beaucoup d’intérêt.

    J’aurais vraiment trouvé intéressant de voir Aegon prendre confiance en lui petit à petit. Cela aurait été plus logique aussi.

    J'aime

    1. Salut,

      ravie de t’avoir fait découvrir cette longue histoire. Elles sont assez rares, celle qui reprennent le côté intrigues et coups bas qui font le sel de cette incroyable histoire.

      Tes critiques sont justifiées, j’avoue avoir été surprise par la scène où Aegon renvoit Tywin sur un coup de tête de sa cour pour mettre son fils à sa place. La scène apparaît comme précipitée. Mais j’étais tellement happée par l’histoire et ces nombreux rebondissements que j’ai vite (un peu trop peut-être) pardonné cet écart pour enchaîner les chapitres.

      D’un autre côté, Aegon est le seul perso original. Et j’ai bien aimé que l’auteur n’ait pas oublié son côté Targaryen « au bord du précipice, c’est le seul que l’on ne connaît pas d’avance.

      Je trouve que tous les persos que l’auteur utilise et qui sont déjà dans l’histoire sont très fidèles et peut-être plus faciles à « intégrer » pour le lecteur dans l’histoire. On les retrouve facilement… Tyrion ou Arya par exemple. Mais aussi Jaime que l’on retrouve aussi détestable qu’aux débuts et qui évolue de façon intéressante. J’aime bien le changement de parcours de Jon.

      En tout cas, je te remercie d’avoir mis ton avis et je suis toujours contente de parler à des fans de GoT,

      elane

      J'aime

      1. Une très bonne surprise, je ne ‘attendais pas à ce que ce soit aussi bien. Ce n’est pas trop « étalé », c’est plein de rebondissements, vraiment merci beaucoup de cette rec !

        J'aime

        1. Merci,
          Je suis toujours ravie de faire partager les histoires que j’ai aimé.
          L’auteur m’a envoyé un petit message car il comprend un peu le français et qu’il était ravi de décrypter la fiche. Je lui dirais qu’il a gagné quelques lecteurs enthousiastes :-)

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s