Everyday series (Superman returns ; Slash + Het ; Ang)

Everyday series (Superman returns ; Slash + Het ; Ang)


Couple / fiction centrée sur : Clark Kent, Richard White, Lois Lane

Everyday series (lien vers le début ; tag pour toute la série, scrollez en bas de la 2e page pour le trouver le début )

Auteur : Talya Firedancer (LJ ou site perso)
Genre(s) : Vie quotidienne, passer à autre chose, angst
Rating : M
État : achevé (série de one-shots qui se suivent)
Connaissance du fandom : Conseillée (mieux vaut avoir vu le film Superman returns pour savoir qui est Richard White, Jason, etc.) à Indispensable (je crois qu’il y a parfois des répliques du film citées dans les souvenirs des personnages)
Spoilers (contenus dans la fic et dans cette fiche !) : sur tout le film puisque ça se passe peu après

Résumé (de votre dévouée recommandeuse, qui s’est déjà sentie plus inspirée que ça…) : la vie reprend lentement son cours après les événements de Superman returns. Clark doit trouver ses marques et Richard prendre des décisions (et passer à autre chose). Et si la solution aux problèmes et souffrances de l’un se trouvait en l’autre ?

Avis :

Avant de commencer, je dois vous avouer que je me souviens peu du film : Lois Lane était particulièrement insupportable, le film se laissait voir vite fait sans plus, Superman avait une façon très gracieuse de décoller et de voler d’une manière générale, Richard White faisait le principal intérêt du film (mais connaissait-il l’identité civile de Superman ?)…

Le format de la fic pourra ne pas plaire à tout le monde mais je trouve qu’il fonctionne bien ici puisque tout est axé sur les personnages (en particulier Richard et Clark) et la lente évolution de leur relation : en effet, la fic n’est pas une suite de chapitres mais plutôt de scènes et/ou réflexions qui s’enchaînent dans le temps sans toujours avoir de réelle transition. Une partie d’entre elles ont été écrites suite à des “prompts” qui, rassemblés, forme une histoire cohérente. C’est une fic qu’il est donc très facile de “picorer” selon ses envies ou le temps dont on dispose.

La fic fait donc la part belle aux personnages. Tout d’abord, on a Lois Lane, assez identique à elle-même, insupportable d’égoïsme monstre qui, bien qu’elle aime son fils Jason et son fiancé Richard, fait passer son travail avant tout. Depuis le retour de Superman, elle se noie encore plus dans le travail au point de complètement délaisser (éconduire ?) son éternel fiancé. Seules ses décisions et ses envies comptent, elle semble ne pas réaliser ce que partager la vie de quelqu’un signifie. Lois s’enferme dans son monde qui est sa seule réalité et ne s’intéresse pas au reste, au point qu’elle met une semaine à s’apercevoir que Clark vit dans sa propre maison (suite à une invitation de Richard).

Richard White, qui pour moi est le coeur et l’âme de la fic, et qui porte la majorité de l’angst de l’histoire sur ses épaules. Richard aime toujours Lois mais, celle-ci étant de plus en plus une étrangère, il se rapproche/se sent attiré peu à peu par Clark. Tout se fait par petites touches, pensées, réflexions, Richard observe, tend quelques perches mais surtout laisse les choses se faire à leur rythme ; peut-être ne sait-il lui-même pas bien où il désire aller, sa relation agonisante avec Lois, et l’existence de leur fils Jason, compliquant les choses.

Ce pauvre Clark, second porteur d’angst, s’est pris de bonnes giffles dans le film et en porte toujours des séquelles : il est totalement invisible au yeux de la femme qu’il aime et qui a pourtant donné naissance à son fils, le monde a tourné sans lui, quelle place a-t-il encore sur Terre ? Touchant, maladroit et timide Clark, un peu trop serviable et qui éprouve des difficultés à accepter l’intérêt et la sincère (mais si rare) affection de quelqu’un envers lui plutôt qu’envers son “double”.

Et enfin, Superman (eh oui, ce n’est pas la même chose), lui aussi identique à lui-même : supérieur, animé d’un désir toujours aussi vif d’aider les humains, un modèle inaccessible en somme, qui se traduit par une certaine froideur et une distance qu’il met sciemment entre lui et les autres, y compris Lois. On comprend alors mieux l’attitude de cette dernière, qui en quelque sorte vit ce qu’elle inflige à Richard : l’attente, l’incertitude, l’absence de réponses à ses questions. En effet, elle a découvert pendant le film que Jason était en réalité l’enfant de Superman, ce dernier le sait mais il ne semble pas plus intéressé que ça par son fils, par elle, par la nécessité de l’aider à élever un enfant ayant hérité de ses pouvoirs. Superman va et vient comme et quand bon lui semble et n’a à fournir ni justifications ni explications.

L’avantage du format de cette fic est que vous serez vite fixés : vous adhérez ou pas mais je pense que vous le saurez dès la première ficlet, Unfinished plans. Personnellement, j’ai été gagnée à la première scène :

No one knows besides Lois, Richard, and of course, her doctor.

« Why should I tell anyone? » Lois says, with a shrug and half a smile. She peers up at Richard, gauging his reaction. « It’s not like I was planning on having more kids, anyhow. » She is pale, but sincere. Composed.

Richard’s gut clenches, and he gives her a quick smile in return, and Lois has already turned away before she notices it never makes it to his eyes. *I was planning…* It doesn’t surprise him that she never asked him about his.

Eldest of five, Richard asked her to marry him shortly after she told him the news seven months ago. They bought a huge house together on the river, four bedrooms. And of course, one has been converted to Lois’ study, and another is buried in boxes that probably won’t be unpacked until five years after they’ve moved or more, and it’s always Lois’s plans that go forward.

It’s why they haven’t set a date yet.

« I’m just glad you’re all right, » he says, swallowing hope. He settles his hands on her shoulders, thin and hollow after hard pregnancy and a harder premature delivery.

« Why wouldn’t I be? » She slips out from under his hands, gliding for the nearby desk, the open laptop, the world of words she always leaves him for. « I’m fine. » And she means it. Why would she ask him the same?

In time, he thinks, maybe he’ll forget his plans for those other rooms.

À ma connaissance, il n’existe pas de traduction française de ce texte.
(Si vous aimez cette fic, plutôt que de le dire ici, dites-le à l’auteur !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s