White Box (Mon Petit Poney, gen, fr+ ang)

White Box (Mon Petit Poney, gen, fr+ ang)


WHITE BOX (VF)
WHITE BOX (VO)

Auteur : Chromosome. Traduction par Supernovae
Fandom
: My Little Pony : Friendship is magic
Connaissance du fandom
: de base. Poneys. Cuty mark. Célestia.
Genre
: introspection bizarre.
Rating
: T.
Etat
: terminé.
Personnages
: Twilight. Un autre poney.

 White Box, one-shot, 9000 mots.
disponible sur Google Docs, en français et en anglais, ainsi que sur Equestria Daily et sur mlpfictions

 Résumé : Mon nom est Canvas. Je m’en souviens parce que je l’ai écrit dans le coin de la boîte blanche. Il faut douze pas pour aller du lit jusqu’au mur. Et les lumières me font mal aux yeux.

 

Avis, rebloggé de chez Bro-Nie :
Les conventions sont faites pour être brisées. Et la fic que je vous présente aujourd’hui en est la preuve la plus éclatante. Pour celles et ceux qui connaissent bien la fanfic, ils ne me donneront pas tort lorsque j’affirmerais qu’il fut un temps où le genre connaissait son heure de gloire sur les skyblogs. Enfin pour être plus honnête, tout connaissait son heure de gloire sur les skyblogs. Logique que des fanfics s’y retrouvent.
Aujourd’hui quand on pense skyblog, on pense aux fautes d’orthographes, aux copinages, aux smileys sans fin…le kikoolol doit beaucoup à skyblog. Mais il y avait autre chose qui marquait l’esprit (et surtout la rétine) quand nous allions sur ces blogs. C’était les couleurs.
Une myriade de couleurs différentes, souvent très vives, qui accrochaient l’oeil et transformaient le texte en une bouillie arc-en-ciel. Ceci, ajouté à la valeur souvent très faible du texte avait imprimé une équation simple dans nos esprits. Qu’un texte bariolé serait nécessairement mauvais.

Et bien une fois de plus, les poneys viennent de briser une certitude.

Dans White Box, écrite par Chromosome et traduite en français par Supernovae, le héros Canvas, est prisonnier dans une cellule blanche. Il ne sait pas pourquoi il est là, il y est, c’est tout. Il trompe l’ennui en comptant les pas qu’il fait dans sa cellule et à éviter la lumière qui lui abime les yeux.
Un jour, la prison reçoit la visite de Twilight Sparkle, qui s’entretient avec les détenus et particulièrement avec Canvas.
Petit à petit, Twilight va réapprendre les couleurs au poney et leur signification.

White Box est une fic très particulière dans sa mise en forme. En effet, elle n’est pas écrite en noir sur fond blanc, comme n’importe quel texte. Mais l’inverse. Le fond est noir, les lettres blanches.
Cela traduit à merveille la sensation d’étouffement de Canvas dans sa cellule. Le lecteur se sent aussi écrasé et broyé par les murs. Et comme le héros, le lecteur se sent soulagé quand grâce à Twilight, de la couleur vient rompre ce monde en noir et blanc.
White Box est donc très intéressante par son jeu de mise en page, et par le fait que la fic arrive à faire sentir les couleurs, de la même façon que dans le roman de Suskind, on parvient à sentir les odeurs.
En revanche, son fond… l’histoire est plutôt lacunaire et artificielle. Les raisons de l’emprisonnement de Canvas sonnent assez fausses.

White Box tient plus de l’expérience que du récit en fin de compte. A lire pour plonger dans le monde des couleurs. Pas tellement pour son scénario.

 Conclusion :
Un texte sur la folie, qui dégage tout de même beaucoup d’émotion malgré ses lacunes. Surtout à la fin. Tout en suggestion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s