Ponykrieg (Mon Petit Poney, gén, fr)

Ponykrieg (Mon Petit Poney, gén, fr)


PONYKRIEG

Auteur : Bro-Nie alias Code 44.
Fandom : MLP FiM (Mon Petit Poney : les amies c’est magique).
Connaissance du fandom : et bien, il y a de nombreux poneys dans cette fic, et très peu d’OCs… mais le fandom n’influe pas sur le scénario (‘suffit juste de posséder un vernis préalable sur les évènements du début du vingtième siècle).
Genre : « historique » option « guerre », type « univers alternatif », classe « uchronie », tendance « magie équestre ».
Rating : on va dire 13+. Limite haute pour scènes de boucherie sanglante et autres horreurs de guerre.
État: Terminé.
Personnages : les « Mane Six », aka Twilight, Rarity, Rainbow Dash, Fluttershy, Applejack et Pinkie Pie. Mais on y croise aussi d’autres poneys populaires du canon, comme Derpy. Ainsi que d’autres poneys du canon moins populaires, voire franchement exécrables.

Ponykrieg : 4 chapitres, 74 000 mots, terminée.
disponible sur le forum francophone des amis des poneys et en format pdf. Et sur mlpfictions, aussi.

Résumé :
Sarajevo, juin 1914. La fin de l’isolationnisme devait ouvrir Equestria au monde, et permettre aux poneys et aux humains de vivre en harmonie. L’Histoire en a décidé autrement.

Avis :
Le monde des poneys est étrange et merveilleux. À moins que je ne confonde avec celui des schtroumpfs, mais peu importe.
Hum. Je disais donc, étrange et merveilleux. Non pas à cause de la nature du fandom (après tout, des poneys colorés qui parlent, quoi de plus banal), mais du fait des fanfictions qu’il génère. Personnellement, je trouve tout à fait fascinant qu’une proportion non négligeable de scénarii soient basés sur une guerre. Bien évidemment, cette particularité est aussi due au profil du fan moyen, il n’empêche qu’on obtient du coup des plots de départ… intéressants.

Voici donc une fanfiction de guerre historique, c’est-à-dire qu’elle ne traite pas d’une guerre hypothétique entre factions de poneys, elle ne traite pas d’un désastre post-apocalyptique ponesque, ni même d’une guerre humains-poneys. Non. Elle traite de la Première Guerre Mondiale. Entre humains. Les poneys, eux, se retrouvent propulsés au sein des combats par un malencontreux concours de circonstances (lequel n’est pas uniquement le bon vouloir de l’auteur, je tiens à le préciser), ce qui nous donne un univers alternatif tout à fait surréaliste où des quadrupèdes parlants côtoient des soldats bipèdes dans des lieux tels que Ypres ou Verdun.
Je sais que ça a l’air bizarre au premier abord, mais ça fonctionne. L’auteur, Bro-Nie (également connu sous le pseudo de Code 44 et identifiable par sa manie persistante de commencer ses dialogues par des underscores) s’est remarquablement bien documenté sur la période, les batailles, les différents belligérants et les enjeux. On obtient en conséquence une sorte de « relecture » de la Première Guerre Mondiale avec des poneys parfaitement intégrés dans la stratégie globale aux côtés d’acteurs historiques.

Le texte s’articule entre les points de vue de l’une ou l’autre des « Mane Six ». Leurs caractères sont bien respectés, et l’on visualise sans peine l’intrépide Rainbow Dash fendre les airs avec son escadrille de pégases, l’étourdissante Pinkie Pie amuser la galerie, la cowgirl Applejack foncer bille en tête, la coquette Rarity se comporter comme une dame de la Haute, la timide Fluttershy être timide et la studieuse Twilight… euh… étudier. Enfin je crois que vous avez compris l’idée.

Que dire de plus ? Il y a de très belles scènes de combats aériens, de l’action, un zeste de souffle épique, de l’émotion, un aperçu psychologique très fin des dommages traumatiques et des personnalités que la guerre génère, un panel de protagonistes bien développés, de la politique, et curieusement, l’Histoire telle qu’on la connait (sauf qu’on y croise des poneys et que le pire, c’est que ça paraît presque naturel). Et il y a quand même un peu d’uchronie sur la fin. ^^
Enfin voilà. Vous n’imaginez même pas tout ce que la Première Guerre Mondiale doit aux scientifiques poneys.

Pour finir, le pdf est agrémenté de quelques bonus après l’épilogue qui apportent notamment un rapide éclairage sur l’avenir des « Mane Six » après la guerre.
J’ajouterai par ailleurs que j’adore le twist final de l’épilogue. Et le dernier bonus.

Quelques points négatifs tout de même : les underscores bien sûr, mais l’auteur le sait, ainsi que quelques fautes d’inattention mineures (la plus amusante étant « insalablement » pour « inlassablement »).
Du côté du scénario, on peut regretter que Twilight soit un peu délaissée, mais bon, après tout elle reste un rat (ou plutôt un poney) de bibliothèque, donc le fait qu’elle soit écartée de l’action se tient. Enfin, la fin un peu abrupte peut laisser le sentiment que l’auteur a voulu en finir rapidement avant de passer à autre chose ; néanmoins, cette « précipitation » est voulue et expliquée par l’auteur dans le forum dont j’ai donné le lien plus haut.

Conclusion :
Parce que vous avez envie de rafraîchir votre culture générale sur tout ce qui concerne la Première Guerre Mondiale. Et en plus, il y a des poneys.

Publicités

Une réflexion sur “Ponykrieg (Mon Petit Poney, gén, fr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s