Trêve (One Piece, gén, fr)

Trêve (One Piece, gén, fr)


Persos : fiction centrée sur Sanji & Zoro Roronoa.

Trêve

Auteur : Hachi-san.
Statut : 13 chapitres / Terminée.
Rating : T/ + 13.
Genres : drame/ Angst/Amitié.
Connaissance du fandom : indispensable.

Résumé : Sanji et Zoro se réveillent au fond d’un cachot et apprennent qu’ils sont condamnés à mort. Vont-ils parvenir à coopérer pour sortir de là, ou bien s’entretuer ? Que va faire l’équipage ?

Rec’ du lecteur, Aliocha : Voilà une fic publiée il y a un bout de temps (2006 quand même) et qui m’a tenu en haleine pendant deux jours, les quarante-huit heures qu’il m’a fallu pour la dévorer. J’ai même lu un chapitre pendant la pause déjeuner de mon stage, je n’en pouvais plus de savoir ce qui allait se passer. ^^

Tout y est : Sanji, Zoro (XD c’était suffisant pour attirer mon attention), l’action, l’humour, les rebondissements, les frissons (de peur, d’excitation et de jubilation).

Ce qui m’a le plus sidérée au fur et à mesure de la lecture, c’est l’inventivité de l’auteur. La situation sur laquelle s’ouvre l’histoire, qui commence sur les chapeaux de roue (et pas de paille, hahaha… désolée), ne cesse de se complexifier – tout en étant relativement facile à suivre – pour nos deux protagonistes. On pourrait croire qu’ils vont coller une raclée habituelle aux méchants pour s’enfuir, mais ils ne sont pas au bout de leurs peines : leurs ennemis en ont dans la caboche ! L’auteur a donné une vraie couleur aux personnages qu’elle a créés : certains, en plus d’être particulièrement sadiques, savent se servir de leur cervelle ; d’autres nous intriguent car ils ne sont ni tout blancs, ni tout noirs. Et on est surpris jusqu’à la fin !

On apprécie aussi que le reste de l’équipage ne soit pas abruptement mis à l’écart (même s’il n’intervient pas dès le début) ; de plus les allusions à l’œuvre originale sont assez nombreuses, ce qui renforce la crédibilité de l’histoire qui est bien ancrée dans son univers ; on profite même de la réapparition d’un personnage peu récurrent dans le manga (ce pourquoi il vaut mieux connaître One Piece avant). J’ai dénombré plus ou moins cinq ou six combats, juste assez pour que ce soit bien du One Piece sans que cela ne soit pénible à imaginer. Bref, toute l’action m’a presque donné l’impression d’un mini arc facilement insérable dans l’œuvre d’Oda (manque juste le nom de l’île où ils sont je crois !).

Les personnages, notamment Sanji, sont parfaits. D’un point de vue omniscient, l’auteur nous livre leurs pensées sur un plateau d’argent, bien épicées d’humour fin et de sarcasmes. On retrouve leur « amitié très vache », leurs prises de tête, tantôt sans conséquence… tantôt sérieuses.
Zoro est peut-être un poil trop empathique par moment – je pense aux quelques fois où il s’inquiète de l’état de Sanji et insiste pour lui prodigue des soins – mais ce n’est pas OOC non plus, juste une question de dosage. Car l’auteur a plutôt mené la vie dure au cuistot, il faut le reconnaître, et si Zoro était resté de marbre tout le temps, Sanji n’aurait pas fait long feu.
Ah oui il y a aussi un truc que je trouvais un peu incohérent à Zoro, juste une de ses répliques à la fin, pas très importante mais spoiler au cas où : SPOILER // « Content de te revoir, Robin. »
Ouais, c’est juste ça XD mais dans mon esprit Zoro n’est pas spécialement amical avec Robin, du moins il ne le montre pas aussi explicitement. Enfin, ce n’est pas grand-chose. // FIN SPOILER

Pas une once de YAOI (la demande a dû être forte pourtant), c’est bien un duo dans toute sa splendeur, avec ses hauts et ses bas (surtout ses bas xD) qui est exploité ici. Au final les descriptions psychologiques ne supplantent pas l’action, mais l’analyse de leurs rapports passent surtout dans les dialogues très fournis (pas seulement qu’en invectives !) et les petits gestes qu’ils ont l’un envers l’autre. Personnellement, j’ai fondu sur place toutes les fois où ils doivent soigner mutuellement leurs blessures, toutes les fois où ils tentent de s’accorder une trêve… Avant de ruiner peu subtilement leurs efforts, incorrigibles.

Au niveau de l’écriture : un style très fluide, quelques rares fautes pas gênantes, et une profusion d’images très bienvenues, qui m’ont souvent fait sourire. Pas de lourdeurs dans les descriptions, on imagine sans peine le cadre, qui change souvent ! Et les scènes de combat sont agréables à lire, enfin personnellement je les trouve convaincantes donc je n’ai pas le cœur à reprocher à l’auteur le fait qu’elles soient un peu expéditives ; il y a un vrai effort pour ne pas oublier l’âme du manga.
Il y a peut-être un peu trop souvent l’expression « fichu cuistot/fichu escrimeur » qui revient avec une récurrence qui gênera peut-être certains, je ne sais pas.

Seul bémol : il y a un léger cafouillage à deux reprises, dans deux chapitres. On dirait que l’auteur a oublié d’effacer un paragraphe, car au bout de quelques lignes, une phrase vue plus haut revient, mais la suite est formulée différemment… Comme si le premier ou le deuxième paragraphe délimité était un brouillon. C’est un peu déroutant à la première lecture. Mais cela ne dure que sur quelques lignes et la confusion s’estompe une fois qu’on a compris l’oubli. Malheureusement je crois que Hachi-san n’a pas refait surface depuis longtemps, donc il y a peu de chance de voir ce léger problème rectifié (d’ailleurs je suis en train de chercher mais je ne trouve plus les deux chapitres où cela apparait –‘).

En dehors de ça, lecteurs, lectrices, yaoistes ou anti-yaoistes, vous pouvez y aller les yeux fermés. ^^

Avis : Voici une fiction que j’ai bien apprécié et devant laquelle je ne me serais peut-être pas arrêtée si elle n’avait pas été proposée par Aliocha. Elle est très complète car on y retrouve de l’action, de l’humour, des rebondissements et elle approfondie une relation déjà charismatique, par son côté chaotique, dans le manga : l’amitié unissant Zoro et Sanji. Deux féroces rivaux qui, dans l’adversité, tenteront de faire la « Trêve ». Et c’est loin d’être gagné ! Pourtant, au delà de leur réciproque animosité viscérale, le lecteur découvre (ou re-) ce qui tend à les rapprocher : le respect mutuel, la loyauté et le courage, entre autres. De plus, l’auteur a eu le mérite de ne pas basculer dans la romance, et donc dans le yaoi, en se concentrant sur ces deux personnages. N’étant guère amatrice du genre, j’ai apprécié cet effort de l’auteur de rester dans un cadre amical qui est rarement exploité dans le fandom.

Vous l’aurez sans doute compris avec ceci, le principal point fort de cette fiction est le traitement des personnages qu’on imagine sans peine prendre vie sous nos yeux tant les dialogues sont incisifs, drôles souvent, et les personnalités retranscrites avec brio. Toutefois, je regrette que Zoro perde parfois le côté bourru que j’affectionne tant chez ce personnage au profit d’une certaine maladresse (quand il fait un bandage à Sanji, par exemple) mais ce point de détail est totalement subjectif. De plus, l’auteur a su créer des OC qui, pour la plupart, sont suffisamment développés pour s’insérer sans heurt dans l’univers de base.

Le second point fort de cette fiction est sans conteste le nombre conséquent de rebondissements qui se succèdent à chaque chapitre. Certains offrent un bel effet de surprise, d’autres sont à mon sens assez prévisibles mais tous donnent envie au lecteur de poursuivre sa lecture. Et au fond, c’est bien là l’essentiel.

La plume de l’auteur est fluide, avec une certaine dynamique malgré sa sobriété, ce qui sied bien au genre action/aventure de cette fiction où les actions et les rebondissements s’enchaînent et où les répliques fusent. Mais cette sobriété nuit particulièrement aux scènes de combat qui manquent d’envergure. Sans être bâclées, elles sont expéditives au point où j’ai eu un peu de mal à suivre quelques fois, ce qui est particulièrement regrettable quand on sait que « Trêve » compte plusieurs combats.

De plus, l’auteur use d’images très parlantes, avec des petits clins d’œil à l’œuvre originale et j’ai souri à plusieurs reprises en découvrant certaines.

Enfin, deux passages souffrent d’un cafouillage perturbant la lecture : un passage de quelques lignes s’immisce au beau milieu d’une phrase. Mais le lecteur s’en remet vite d’autant plus que par ailleurs, l’orthographe est correcte.

Pour conclure, fan de One Piece, de Sanji et/ou de Zoro, yaoiste ou non, je vous invite à découvrir cette fiction par vous-même. Je ne doute pas qu’elle saura vous divertir.

Publicités

Une réflexion sur “Trêve (One Piece, gén, fr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s