Sabbat (Harry Potter, Yaoi/Slash, fr)

Sabbat (Harry Potter, Yaoi/Slash, fr)


Couple/Fiction centrée sur les personnages de : Albus Dumbledore/Gellert Grindelwald.

Sabbat

Auteur : Meish Kaos.
Genre(s) : Angst/Drama.
Rating : 13+.
État : En cours (nombre de chapitre au moment de l’établissement de la fiche : 4).
Connaissance du fandom : Indispensable.

Résumé : Parce que tourne la roue des années, et avec elles viennent les regrets, l’amour doux-amer, la nostalgie de ce qui aurait pu être, ces sentiments que quatre rencontres n’apaiseront pas. Mais la dernière, peut-être…? ADxGG.

Avis : Ah, Sabbat… Qu’en dire ? Cette fiction est réellement une petite merveille, une des perles qu’on peut trouver en se promener au hasard de profils en profils.
C’est vrai qu’il y a de quoi écrire sur la relation entre Dumbledore et Grindelwald, particulièrement avec les précisions qu’on a eu dans Les Reliques de la Mort ou avec les interviews de Rowling. Meish Kaos a réalisé un travail particulièrement splendide dans cette fiction, avec un travail de fond sur toutes les anciennes fêtes païennes et leur signification, donc par conséquent l’utilisation que pouvaient en avoir les sorciers. C’est tragique, doux-amer, avec une alternance entre passé et présent, entre bonheur et nostalgie, entre ce-qui-a-été et ce-qui-aurait-pu-être.
Les personnages sont vraiment IC (ou en tout cas correspondent à l’idée que je m’en faisais, peut-être que d’autres ne seront pas d’accord avec moi) et Meish Kaos a su respecter leur psychologie d’un bout à l’autre, qu’il s’agisse des chapitres ayant lieu pendant les années Potter ou pendant la jeunesse des protagonistes.
Le style d’écriture est vraiment très très bon, c’est fluide et en même temps d’une certaine complexité, on sent qu’il y a eu de la recherche de ce côté. Les chapitres passent tous seuls, c’est à regretter qu’ils soient si peu nombreux !
Un de mes coups de coeur sur le fandom, honnêtement !

Sa main s’élève, se pose légèrement sur son épaule, et à ce moment Albus ne peut que frissonner car il ne sent plus la brise sur sa peau nue, que ses doigts élancés qui le frôlent, qui esquissent avec exactitude des gestes anciens, des gestes qu’aucun d’eux n’aurait pu oublier. Et sa volonté fléchit, car en vérité, comment résister à l’appel du Graal ?Les cheveux de Gellert se découpent dans la nuit comme la flamme d’un feu follet, lui donnent l’apparence d’une créature irréelle, qui n’aurait qu’un seul pied dans la réalité. Albus frissonne à nouveau, plus fort cette fois, car la main s’est glissée sur son torse, aussi légère que la caresse d’une feuille tombée, aussi bouleversante que la rivière doit sembler à l’assoiffé.Il se souvient soudain, pensée incongrue, qu’en ce début d’août c’est la célébration de Lammas, l’antique fête des moissons, et que Gellert n’est peut-être venu ici que pour récolter ce qu’il a semé dix ans auparavant. Cette pensée lui glace le sang, le pousse à reculer, à échapper aux doigts effilés dont les assauts se font plus pressants sur sa peau sans défense.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s