L’ombre du passé / L’origine de nos peurs (Stargate / original, gén, fr)

L’ombre du passé / L’origine de nos peurs (Stargate / original, gén, fr)


Auteur : Ihriae
Fandom : Stargate SG-1 et Atlantis. Post-série. / Roman (en cours d’écriture)
Connaissance du fandom : minimale. C’est tout de même mieux de savoir qui sont les Goa’ulds avant de commencer.
Genre : Science-fiction type « univers parallèles », options « services secrets », « politique » et « extraterrestres ».
Rating : PG selon le classement de l’auteur. 13+ pour les intrigues imbriquées, la politique et la longueur du schmilblick.
Etat : en cours d’écriture. Publication régulière.
Personnages : Ba’al, Beckett et un foisonnement d’OC. Apparition de certains autres (issus de SG-1 ou d’Atlantis) en guest star.

L’Ombre du Passé : 650 pages, en cours / L’Origine de nos peurs : 7 chapitres, 65000 mots, en cours
disponible en format forum sur stargate fusion et sci-fi fan séries / réédité en original sur blog (lien direct vers le livre I : ici)

Avis :
Edit 2013 : voici un texte qui mute. Sauvagement. Récemment, il a même changé de titre, et ce qui était une très bonne fanfiction est en passe de devenir un très bon roman de SF.
« L’Ombre du Passé » est un texte qui est davantage orienté d’un point de vue relationnel que « Effet Papillon ».
Plus que sur les différentes manœuvres tactiques des vaisseaux, armées, assassins et mercenaires de tout poil, l’auteur s’attarde sur le ressenti des protagonistes lors de ces mêmes actions. Tous les protagonistes, y compris les extraterrestres, ce qui donne lieu à des études psychologiques fouillées des différentes espèces peuplant notre galaxie, et ce qui permet au lecteur de découvrir en profondeur les civilisations opposées à la Terre, leurs particularités, leur mode de fonctionnement, leurs défauts mais aussi leurs avantages (la morale implicite de tout ça étant que les Terriens ne savent pas tout mieux que les autres et que parfois ils feraient mieux de se mêler de leurs affaires).

Le scénario, complexe et imbriqué, mêle habilement politique et scènes d’action. Il est bâti sur le principe des univers parallèles de type « Sliders » (rien à voir avec le temporel, cette fois-ci), sur de méchants extraterrestres mystérieux et sur une base solide de mythologie (grecque notamment). Il développe de façon remarquable la civilisation Goa’uld, avec une profusion de personnages minutieusement créés et possédant tous leurs caractéristiques propres. Les autres acteurs ne sont pas non plus en reste, qu’ils soient humains ou non (avec une mention spéciale au passage pour le clin d’œil à Terry Pratchett).
Seul point noir, les flashbacks à rallonge qui rendent parfois la transition entre le passé et le présent un peu confuse.

Le style est riche et propice aux introspections des personnages.
Les fautes d’orthographe apparaissent quant à elles de façon cyclique, avec certains passages pour lesquels l’auteur était manifestement moins concentrée. On notera également quelques pans de phrases manquants, syndrome typique d’un « je continue à écrire alors que Word enregistre automatiquement et je ne remarque pas que mes mots ne s’affichent pas ». Mais ça n’a somme toute que peu d’importance.

Conclusion : un texte que l’auteur de « Effet Papillon » recommande chaudement, et qui fera plaisir aux amateurs d’introspection et à tous ceux qui veulent découvrir les facettes cachées des grandes civilisations extraterrestres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s