From Way Before (Saint Seiya, yaoi/slash, fr)

From Way Before (Saint Seiya, yaoi/slash, fr)


Couple : Camus X Milo.

From Way Before

Auteur : seiiruika.
Genres : Drama/Angst.
Rating : K+.
État : One-shot.
Connaissance du fandom : Conseillée.

Résumé : Shonen ai Fiction basée sur la chanson du même titre. Les Saints ressuscitent afin qu’ils puissent connaître une vie normale. Le temps des aveux est arrivé et notamment pour deux Saints. Sauront-ils se pardonner et saisir la chance qui leur est offerte?

Rec’ du lecteur, Newgaia : C’est certainement l’un des plus beaux OS Saint Seiya concernant Camus et Milo qu’il m’ait été donné de lire. C’est un récit extrêmement dense, qui se passe à huit-clos entre les deux personnages. Il est très fort émotionnellement et suis une progression très bien menée. L’écriture est fluide, accessible, bien que le langage soit soigné. Peu de répétitions, alors qu’on reste centré tout le long sur le domaine émotif.

Un de ses autres point fort, c’est que l’auteur parvient à se glisser dans la tête des deux personnages. On passe très naturellement du point de vu de Camus à celui de Milo. C’est un texte que je qualifierai de doux-amer, avec des moments incontestables de poésie. Bref de la romance pure et vraie, dans ce qu’elle a de meilleure, même si à certain moment elle est un peu mélodramatique. On aime ou on déteste ce genre, mais on ne peut pas rester indifférent à la façon dont écrit l’auteur.

Avis : si ce one-shot n’avait pas été proposé, je ne serais certainement jamais tombée dessus. Et ç’aurait été bien dommage. En effet, cette histoire présente une réelle profondeur et beaucoup de sensibilité.

Le contenu de la fiction vaut franchement le détour. Ce n’est pas tant le thème en lui-même qui transcende la lecture, mais plutôt la façon dont il est abordé. L’on assiste ici à la réunion de deux chevaliers revenus à la vie. Les compteurs ont été remis à zéro et chacun doit ouvrir son cœur à l’autre. Soit. Ce qui marque in casu le lecteur, c’est la profondeur des émotions – en particulier la souffrance – des protagonistes. Elles sont ressenties assez vivement, procédé qui facilite donc une certaine immersion dans les personnages. Il s’agit à n’en point douter de la force majeure de l’auteur.
Autre chose qui m’a bien plu : l’opposition trompeuse des Saints. L’un demeure fait de feu, l’autre de glace, c’est pourtant bien plus subtil que cela. Il faut aller au-delà des apparences pour mieux saisir toutes les nuances du lien que partagent les chevaliers.
Quant aux personnages, je suis un peu plus confuse au niveau de leur traitement. Si je me fie à ma perception, je les juge plutôt OOC (Out Of Character), en ce sens qu’ils me semblent plus « féminins » que dans l’anime et le manga. Je reconnais certes la retenue de Camus, sa froideur, ainsi que la « passion » et le feu « si près de la surface » de Milo ; cependant, je trouve certaines de leurs réactions plus proches de celles d’une femme que d’un homme. Je prends pour exemple certains passages introspectifs où ils expriment leur besoin d’être avec l’autre, etc. Ceci dit, ce procédé n’est pas forcément déplaisant. En outre, le changement de couleur des cheveux et des yeux – ceux de Camus – m’a légèrement surprise. J’ai eu un peu de peine à visualiser les protagonistes. Mais c’est sûrement mon côté puriste qui parle, là Laughing
Bilan : le contenu présente de belles qualités.

La forme, aussi, a son charme. La plume de l’auteur n’est pas alambiquée ni compliquée. Au contraire, elle demeure d’une certaine simplicité, ce qui autorise le lecteur à s’immerger plus rapidement dans le récit. Elle me paraît plutôt fluide et donne envie de continuer la lecture du one-shot. Elle est véritablement accessible.
Autre aspect qui m’a plu : l’adéquation entre les paroles et les parties narratives. On dirait que les premières ont le rôle de titre pour les secondes. Elles servent ainsi de fil conducteur à l’histoire et permettent presque d’anticiper la suite de la fiction.
Cependant, je regrette le manque de descriptions. Il y en a bien quelques-unes, mais pas suffisamment à mon goût. Il est donc difficile de se représenter les lieux, de même que les tenues des chevaliers, et d’imaginer exactement les positions qu’ils adoptent.
En outre, je suis tombée sur des points négatifs plus classiques : mélange des temps à certains endroits, manque de virgules (c’est sûrement la plus grande carence), quelques répétitions, manque de trait d’union entre certains mots (ex : peut-être, avant-bras), expressions parfois étranges, quelques fautes (heureusement pas fréquentes), guillemets à toutes les répliques.
Même si la forme présente des défauts, ces derniers ne gênent pas, de mon point de vue, à outrance la lecture du récit.

J’espère ainsi vous avoir convaincus de lire ce one-shot, qui devrait à n’en point douter ravir les fans de Shonen Ai ! Very Happy

Fanfiction proposée par newgaïa
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s