Persephone’s First Time (Mythologie gréco-romaine, hét, angl)

Persephone’s First Time (Mythologie gréco-romaine, hét, angl)


Couple : Hades X Persephone

Persephone’s First Time
Auteur :Rosanna E. Tufts
Genre : Romance
Rating : 16+
État : One-shot

Particularité : présence de BDSM

Résumé : This is « Scene 3-and-a-half » from Act II of the rock opera, « The Passion of Persephone » – the scene depicting Persephone’s loss of virginity, that can’t actually be shown onstage.

Avis : c’est en cherchant des fictions sur la mythologie que je suis tombée, par hasard, sur celle-ci. Mon dieu, quelle n’a pas été ma joie quand j’ai découvert qu’elle traitait d’un couple que j’aime depuis ma plus tendre enfance : Hades et Persephone. Seulement voilà, il ne suffit pas qu’un texte parle de personnages que l’on apprécie, il faut aussi que le contenu et la forme en vaillent la peine. Ce que je trouve être le cas, ici.

Niveau forme. Je trouve le style de l’auteur très agréable à lire. Le vocabulaire demeure varié ; les métaphores sont jolies. Il n’y a rien de grossier, il y a même de la poésie par endroits. En outre, le récit est narré au présent et à la première personne du singulier, procédé qui rend le one-shot vraiment vivant. Sans compter les nombreuses descriptions quant aux sensations, lieu, situations et autres, qui guident le lecteur dans la visualisation de la scène. On se l’imagine avec beaucoup de facilité.

Cependant, j’ai deux petites choses à reprocher à l’auteur. La première concerne la répétition de certaines expressions telles que « Ah ! ». Je vois bien où l’auteur veut en venir, mais je trouve que ça fait un petit peu trop. La seconde vise un « My darling » lancé par Persephone que j’estime arriver trop tôt. Je me dis que la déesse n’est pas encore parvenue à un stade d’affection spécifique pour s’adresser ainsi à Hades. Ce n’est toutefois que mon avis.

Cela étant dit, malgré ces défauts, la forme vaut vraiment le détour.

Niveau fond. Je trouve ce one-shot vraiment réussi. Le lemon – un « First Time », comme l’indique le titre – est traité de façon presque didactique. On remarque effectivement que chaque étape est prise en compte – sauf qu’il n’y a pas de gâterie pour l’homme – et qu’elles sont chacune plutôt bien décrites. De prime abord, cette manière de faire peut sembler « scolaire », mais ce n’est pas l’impression que ça donne une fois le texte lu. Au contraire, ce procédé dégage, à mon sens, une certaine sensualité, car c’est aussi une preuve de la patience d’Hades dans sa volonté d’initier Persephone aux plaisirs charnels. De même, l’aspect BDSM m’a plu. Je considère que ce thème a bien été exploité, parce que détaillé, tant du point de vue graphique qu’émotionnel. Le lecteur fait face à des sentiments contradictoires (désir/appréhension, douleur/plaisir, humiliation/appréciation, etc.), qui rendent le récit plus vibrant encore. En outre, j’ai trouvé excitant de voir la femme sous le « contrôle » de l’homme (Ce n’est qu’un fantasme, hein ? ). Du moins, la déesse est dans cette situation surtout durant les préliminaires.

Autre point apprécié : le fait que les personnages soient placés dans un contexte différent de celui de la mythologie, soit à une époque bien plus moderne et plus proche de la nôtre. La dynamique change un peu de celle dont on peut avoir l’habitude, mais l’histoire demeure presque atemporelle.

Toutefois, une chose m’a « bousculée » : le début. Quand on n’a pas cherché quelques informations relatives à l’Opéra Rock, on se pose des questions sur la situation du récit. On a comme l’impression d’arriver de nulle part ou de prendre le train en route. C’est seulement après m’être renseignée et avoir relu le texte que j’ai vraiment su l’apprécier dans son entièreté.

Hormis ce désagrément, le fond m’a enchantée.

Chers lecteurs, j’espère être parvenue à vous convaincre de lire ce one-shot et qu’il vous plaira comme il m’a plu à moi :D

Note : bien que cette histoire ait vocation à s’intégrer à l’Opéra Rock intitulé The Passion of Persephone, comme c’est le cas de certaines fanfictions concernant des fandoms divers, il faut la considérer en tant que fiction originale, car elle a été écrite par la créatrice dudit Opéra Rock en personne, Rosanna E. Tufts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s