Pomegranate Seeds (Mythologie gréco-romaine, hét, angl)

Pomegranate Seeds (Mythologie gréco-romaine, hét, angl)


 

Couple : Pluto X Proserpina

Pomegranate Seeds
Auteur : Catherine Carter
Genre : Romance
Rating : M, selon la classification de l’auteur, mais je pense que le rating « 13+ » est amplement suffisant, au vu du contenu de l’histoire.
État : Terminée/18 chapitres

Particularité : présence d’inceste

Résumé : Complete. Rated M for minor adult content. In a situation where happiness seems impossible, can Pluto find a way to win the love of Proserpina? Can she find a way to be happy with a man who stole her away from everything she loved?

Avis : c’est en remarquant le titre de cette histoire que ma curiosité a été titillée et c’est en jetant un coup d’œil au résumé qu’elle a été pleinement éveillée. En effet, en tant que fan de mythologie et plus particulièrement de mythologie gréco-romaine, je ne peux guère résister à de tels récits, surtout s’ils traitent de mes deux personnages préférés : Hadès et Perséphone ou, dans le cas présent, Pluto et Proserpina, pour reprendre une terminologie plus romaine. Et c’est en lisant la fiction de Catherine Carter que j’ai été charmée.

L’histoire que l’auteur nous conte est son interprétation du mythe relatif au couple chtonien. Du rapt de Proserpina à la « finalisation » de son séjour en Enfer aux côtés de son époux, l’écrivain nous narre sa version, bien que celle-ci s’approprie les grands principes dudit mythe. Et je dois avouer que le résultat est plutôt probant. On a effectivement affaire à une fiction riche, bien construite, qui tient en haleine le lecteur.
Cependant, malgré les qualités du scénario que je ne saurais nier, certains passages demeurent un peu flous. Ils apparaissent soit comme mal intégrés, soit comme mal explicités.
Mais c’est assez mineur quand on regarde le texte dans sa globalité, car le tout tient la route.

Autre point positif : les personnages. Je trouve leur caractérisation vraiment bien faite. En vérité, ils sont presque tous très faciles à identifier. Chacun a sa « voix » propre dans le récit, raison pour laquelle on sait qui se trouve sous les projecteurs. L’auteur, en outre, a su introduire, dans ses protagonistes, certains éléments appartenant à la mythologie, procédé qui les rend « proches » de ceux de la légende. Par ailleurs, leur psychologie – surtout celle de Proserpina et de Pluto – est développée, détaillée. Elle évolue grandement tout au long de l’histoire, ce qui évite un certain immobilisme au niveau des relations. Ces dernières, justement, sont aussi très intéressantes. Elles dénotent une certaine complexité des rapports, plus particulièrement au vu des sentiments qui animent les personnages. Elles ne sont pas froides, elles sont vivantes : oppositions, alliances, trahison, etc. Pareillement, elles ne s’enlisent pas ; elles se transforment, elles changent.
Pourtant, deux choses m’ont un peu dérangée. La première concerne la passivité de Proserpina vis-à-vis de l’implication de Juno dans le piège qui lui a été tendu. Même s’il n’y a pas de pardon explicite, on dirait que la jeune fille cherche des excuses au comportement de sa tante. La seconde touche aux réactions de Pluto, en début de fiction. Pour un dieu dont le but est de séduire la femme qu’il aime, je le trouve plutôt brutal à l’égard de son épousée, ce qui est en contradiction avec ses propos.
Malgré ces points négatifs, j’estime le traitement des personnages plutôt bien fait.

Enfin, il faut reconnaître à l’auteur un style agréable. Il est fluide, facile à comprendre, accessible. Il donne au lecteur l’envie de poursuivre sa lecture, juste pour savoir comment les choses vont évoluer. Ce n’est pas pour rien que j’ai dévoré le récit en peu de temps.
Toutefois, la plume recèle par endroits de quelques répétitions et parfois d’un manque de descriptions, quant aux personnages en particulier. Ce qui est dommage, car j’aime bien savoir à quoi ils ressemblent. En outre, l’auteur utilise, à certains moments, la nomenclature grecque plutôt que romaine, pour identifier un protagoniste, procédé qui casse un petit peu l’unité du texte.
Hormis ces défauts, la lecture de la fiction est vraiment plaisante.

Voici donc exposées les raisons qui m’ont poussée à recommander cette histoire. J’espère que vous l’apprécierez autant que moi ! Very Happy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s